Garnier (Tony) - Une cité industrielle - Etude pour la construction des villes. - Ref : 5250

PDFImprimerE-mail
Paris, Auguste Vincent, sans date (édition originale, 1917).,-32/42 cm., 4 ff. (préface), 4ff., (table), 120 pl.Chemise cartonnée, dos toile titrée, fermeture à lacets.
5250.jpg5250.jpg
Prix ​​de vente400,00 €
5250.jpg
5250_2.jpg
5250_3.jpg
5250_4.jpg
- in-folio en feuillets sous étui éditeur cartonné et toilé, fermé par des lacets, introduction et table suivies de 164 planches (certaines en couleurs) du grand projet de l'architecte. Une Cité industrielle est un projet architectural jamais concrétisé, mené par Tony Garnier lors de son séjour à la Villa Médicis du 29 décembre 1899 au 31 décembre 1903. Il est cependant admis que ce travail fut peaufiné presque vingt ans durant, publié en 1917 dans un recueil du même nom, il a imprégné l'ensemble de l'œuvre de Garnier. Cette « Cité industrielle » de 35 000 habitants entièrement en béton armé et verre, est exposée en 164 plans précis jusque dans les moindres détails de constructionc. Cette étude sépare les fonctions urbaines et rejette les activités industrielles, polluantes et sources de nuisances au loin, et au fond des vallées. Néanmoins, l'industrie est le point de départ de toute la conception de la cité pour Garnier, pour qui le travail est le fondement de l'organisation sociale. Ainsi, il situe et développe la ville en fonction de ce qui est utile à l'industrie : « La raison déterminante de l'établissement d'une pareille cité peut être la proximité de matières premières à trouver ou l'existence d'une force naturelle susceptible d'être utilisée par le travail, ou encore la commodité des moyens de transports ». Dans sa préface Tony Garnier précise : « Notre cité est une imagination sans réalité ; disons cependant que les villes de Rive-de-Gier, Saint-Étienne, Saint-Chamond, Chasse, Givors, ont des besoins analogues à ceux de la ville imaginée par nous » Cet ouvrage publié à compte d'éditeur est assez rare, encore les exemplaires complets le sont plus encore. Notre exemplaire est en état satisfaisant, quelques planches sont poussiéreuses ou présentent des traces de manipulation, 120 planches seulement sont présentes (certines en couleurs) mais leus absence ne nuit pas à l'intelligence du projet, les vues d'ensemble sont toutes là, manquent essentiellement des plans, des coupes et élévations, des facades.